Prix immobiliers : le DPE altère énormément les ventes, comment le contourner ?

Prix immobiliers : le DPE altère énormément les ventes, comment le contourner ?

L’impact du Diagnostic de Performance Énergétique sur les prix immobiliers est indéniable, et il se révèle être un frein significatif pour les ventes, particulièrement pour les logements classés comme « passoires énergétiques ». Ces biens, classés F ou G, se trouvent pénalisés sur le marché, voyant leur attractivité et leur valeur diminuer.

Les nouvelles méthodes de calcul du DPE ont entraîné une augmentation notable du nombre de logements mal classés, affectant tant les investisseurs que les propriétaires de résidences principales ou secondaires. Dans ce contexte, il devient crucial de comprendre comment contourner les effets négatifs du DPE pour optimiser les chances de vente de ces biens immobiliers.

Les Passoires Énergétiques Pénalisées

Selon une étude d’Opinionway, les logements classés F ou G au DPE voient leur prix de vente moyen inférieur de 3,9 % par rapport aux habitations mieux notées. Cette différence est plus prononcée en milieu rural (-5,9 %) qu’à Paris (-1 %).

Depuis la réforme, le nombre de passoires énergétiques a augmenté de 8 %, passant de 4,7 millions à 5,2 millions. Les départements les plus touchés sont la Creuse et le Cantal, avec respectivement 35 % et 32 ​​% de logements considérés comme des passoires thermiques. Les passoires énergétiques subissent des négociations de prix plus fréquentes et plus importantes.

Un frein pour les ventes

Le nouveau mode de calcul du DPE contribue à une tendance réduisant considérablement le nombre de logements classés F ou G. Cette classification défavorable a des répercussions directes sur les projets de vente. Les investisseurs, par exemple, se retrouvent confrontés à l’expulsion de leurs passifs énergétiques du marché locatif. Les propriétaires de résidences principales et/ou secondaires ne sont pas épargnés non plus.

Lire aussi :  Surprise immobilière : 2 villes détrônent Paris dans le classement des villes les plus chères de France

La perspective de vendre un bien classé F ou G devient plus difficile, car les acheteurs potentiels sont de plus en plus attentifs à la performance énergétique des logements. Une mauvaise note au DPE peut donc diminuer considérablement l’attractivité et la valeur d’un bien, rendant sa vente plus compliquée et nécessitant souvent des négociations plus serrées sur le prix.

Stratégies pour contourner l’impact négatif du DPE sur les ventes immobilières

Pour contourner ces effets négatifs, plusieurs stratégies sont envisageables. Les propriétaires peuvent par exemple entreprendre des travaux de rénovation énergétique pour améliorer la performance énergétique de leur bien. Une autre approche consiste à mettre en avant d’autres atouts du bien immobilier, tels que sa localisation, ses caractéristiques architecturales, ou encore les commodités environnantes, pour atténuer l’impact du DPE sur la perception de la valeur du bien.

Enfin, il est également possible de mettre en œuvre des stratégies de marketing efficaces qui mettent en avant les aspects positifs du logement tout en informant clairement les acheteurs potentiels sur les améliorations éventuelles en matière d’efficacité énergétique. En adoptant ces approches, les propriétaires peuvent optimiser leurs chances de vendre leur bien immobilier malgré les classifications parfois défavorables du DPE.

justin malraux
Justin Malraux

Fondateur du magazine LAB Urba, Justin Malraux apporte un éclairage unique sur les enjeux contemporains de l'immobilier et de l'urbanisme à travers des articles d'actualités

Voir tous les articles