Les diagnostics DPE ont-ils réellement un impact sur la consommation d'énergie

Les diagnostics DPE ont-ils réellement un impact sur la consommation d’énergie ?

Le DPE ou Diagnostic de performance énergétique fait référence à un document essentiel permettant aux intéressés de visualiser les performances énergétiques de leur bien immobilier.

Certaines études remettent en question la pertinence de cet outil pour estimer la consommation énergétique d’un logement. Sa fiabilité ainsi que son efficacité sont de plus en plus critiquées actuellement.

Les essentiels à connaitre autour du DPE

Le DPE peut être considéré comme l’étiquette énergétique d’un logement. Il est réalisé par un professionnel et regroupe toutes les performances d’un logement aussi bien en matière de dépenses en énergie que d’émission de gaz à effet de serre. Grâce à sa réalisation, il devient possible pour tous les intéressés de savoir si leur logement est économe en énergie ou s’il est énergivore. La note attribuée à un logement va de A à G. Il faut savoir que plus la note tend vers G, plus le logement est énergivore.

Depuis quelques années, le DPE est obligatoire. D’autant plus qu’il est pris en compte lors d’un projet de vente ou d’achat d’un bien immobilier. En effet, il a aussi pour objectif d’informer un potentiel acheteur ou locataire des dépenses énergétique d’un logement. Mais il leur permet aussi d’avoir plus d’informations concernant l’efficacité du chauffage, de la production d’eau chaude sanitaire et de la climatisation.

Une présence d’écart entre consommation théorique et réelle

Ce diagnostic est actuellement pointé du doigt par le Conseil d’analyse économique ou CAE. En effet, l’étude qu’il a réalisée a démontré qu’en fonction des performances énergétiques d’un bâtiment, les consommations réelles peuvent montrer une réduction. Toutefois, en réalité l’écart rencontré se trouve plus faible. Cela est dû au fait que le comportement des occupants d’un logement isolé et d’un autre mal isolé n’est pas le même.

Lire aussi :  Rénover soi-même sa maison : la nouvelle tendance française pour économiser

Différents facteurs comme le niveau de vie et la localisation géographique peuvent affecter le comportement des usagers. Pour sa part, l’étude a démontré que le DPE ne prend pas en considération le comportement des usagers du logement. Ainsi, les logements très performants peuvent faire face à un problème de surconsommation.

La méthode de calcul 3CL remise en question

Le DPE est calculé grâce à la méthode de calcul 3CL. Il s’agit d’un calcul de la consommation conventionnelle d’un logement qui vise à limiter toute forme de facteur subjectif. Toutefois, cette technique est également remise en question par l’étude effectuée par les analystes. Cette étude démontre que le DPE donne trop d’importance à la surface d’un bâtiment. Elle ne tient pas compte des variables et effectue une estimation de la consommation au m2.

De ce fait, la précision du diagnostic peut varier en fonction de la superficie du logement. Toutefois, puisque l’obtention d’une bonne étiquette DPE est essentielle pour une valorisation immobilière, il est indispensable de chercher des pistes d’amélioration et d’homogénéisation du DPE.

LAB Urba est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

vincent cuzon
Vincent Cuzon

En qualité de responsable éditorial, j'apporte ma vaste expérience dans les domaines de l'immobilier et du logement. Mon rôle consiste à partager activement mon savoir-faire, contribuant ainsi à renforcer notre positionnement dans ces secteurs passionnants.

Voir tous les articles