Investissement immobilier dans un PER : est-ce exempté d'IFI durant la phase d'épargne ?

Investissement immobilier dans un PER : est-ce exempté d’IFI durant la phase d’épargne ?

Avec l’arrivée du Plan d’Épargne Retraite (PER) en 2020, les épargnants ont vu s’ouvrir de nouvelles opportunités d’investissement pour préparer leur retraite. Parmi les options offertes par le PER, l’investissement dans des actifs immobiliers tels que les SCPI (Sociétés Civiles de Placement Immobilier) ou les OPCI (Organismes de Placement Collectif Immobilier) suscite un intérêt croissant. Cette stratégie permet non seulement de diversifier le patrimoine des investisseurs, mais aussi de bénéficier d’avantages fiscaux potentiels.

Toutefois, la question de la taxation de ces investissements immobiliers au titre de l’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) pendant la phase d’épargne reste complexe et mérite d’être examinée en détail.

Épargne immobilière et PER

Depuis le lancement du Plan d’Épargne Retraite, de nombreux épargnants ont choisi de placerune partie de leur épargne dans l’immobilier, comme des parts de SCPI ou d’OPCI. Ces investissements leur permettent de diversifier leur portefeuille en vue de la retraite. Pendant la phase d’épargne, les sommes investies en SCPI dans un PER assurance ne sont en principe pas soumises à l’IFI (Impôt sur la Fortune Immobilière).

Cela signifie que tant que l’épargne est bloquée dans l’assurance PER, elle n’entre pas dans l’assiette de l’IFI. Cette exonération s’explique par le fait que les investissements immobiliers détenus dans le PER sont considérés comme des placements à long terme, destinés à financer la retraite de l’épargnant. Tant que ces fonds ne sont pas débloqués, ils ne sont pas soumis à l’IFI.

Des exceptions à la règle

Il existe des exceptions à cette règle qui peuvent piéger les contribuables. Les unités de compte investies dans l’immobilier ne sont pas systématiquement exonérées de (IFI) l’Impôt sur la Fortune Immobilièr, lorsqu’elles sont détenues au sein d’un Plan d’Épargne Retraite (PER) d’assurance. Bercy précise que pendant la phase d’épargne, les PER d’assurance peuvent être soumis à l’IFI en raison des parts ou actions de sociétés éligibles ou des unités de compte, notamment si le contrat est rachetable.

Lire aussi :  APL refusées : comment contester les critères d’éligibilité ?

En d’autres termes, si le PER d’assurance offre la possibilité d’un rachat, les investissements immobiliers qu’il contient peuvent être soumis à l’IFI, même pendant la phase d’épargne. Cette subtilité souligne l’importance pour l’épargnant de bien comprendre les conditions et les implications fiscales de son investissement immobilier dans un PER.

Ce qui se passe au moment du départ à la retraite

La situation au moment de la retraite ou lors du déblocage anticipé des fonds du PER peut entraîner une modification importante de la fiscalité des investissements immobiliers. En effet, contrairement à la phase d’épargne où ces placements peuvent être exonérés de l’IFI, une fois les fonds débloqués, ils entrent dans l’assiette de l’IFI.

Ainsi, les placements immobiliers détenus dans le PER, auparavant exonérés, seront désormais soumis à l’IFI lors du déblocage des fonds, qu’il s’agisse d’un départ à la retraite ou d’un déblocage anticipé.

LAB Urba est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

justin malraux
Justin Malraux

Fondateur du magazine LAB Urba, Justin Malraux apporte un éclairage unique sur les enjeux contemporains de l'immobilier et de l'urbanisme à travers des articles d'actualités

Voir tous les articles