Immobilier que faire face à l’exercice du droit de préemption par la mairie

Immobilier : que faire face à l’exercice du droit de préemption par la mairie ?

Dans certaines zones définies, les collectivités locales ont le droit d’acheter un bien immobilier avant qu’il ne soit mis en vente sur le marché. Ce mécanisme, appelé « droit de préemption », concerne les maisons, immeubles et terrains.

Voici un aperçu du contexte, des procédures et des implications pour le propriétaire, ainsi que des recours et alternatives disponibles.

Tout ce qu’il faut comprendre autour du droit de préemption

Le droit de préemption permet aux collectivités, souvent les mairies, d’acquérir des biens immobiliers situés dans des zones définies avant qu’ils ne soient vendus sur le marché libre.

Cette mesure vise à réaliser des opérations d’aménagement urbain d’intérêt général, comme la construction de logements sociaux, de parcs publics, ou d’infrastructures communautaires.

De ce fait, les propriétaires doivent suivre une démarche spécifique afin de déclarer leur intention de vendre et informer la mairie. Cela va permettre à la collectivité de décider si elle souhaite ou non exercer son droit de préemption.

Qu’en est-il des procédures et implications pour le propriétaire ?

Lorsque le propriétaire souhaite vendre un bien dans une zone de préemption, il doit obligatoirement informer la mairie en déposant une déclaration d’intention d’aliéner (DIA). La mairie dispose alors de deux mois pour décider si elle souhaite exercer son droit de préemption.

Si elle renonce, le propriétaire est libre de vendre son bien à l’acquéreur de son choix. Si la mairie décide de préempter, elle doit respecter les conditions de vente indiquées dans la DIA, notamment le prix.

En revanche, si la mairie souhaite renégocier le prix de vente, une période de négociation s’ouvre. Le propriétaire et la mairie disposent alors de deux mois pour parvenir à un accord sur le nouveau prix. Si aucun accord n’est trouvé, la mairie peut demander au tribunal de fixer le prix du bien. Pendant cette période, le propriétaire peut continuer à utiliser le bien, par exemple en percevant des loyers.

Lire aussi :  Décrocher un prêt immobilier avec un SMIC : mythe ou réalité ?

Un aperçu des recours et alternatives pour le propriétaire

Pour le propriétaire, les recours face à l’exercice du droit de préemption sont généralement limités. Si la mairie propose un prix jugé trop bas, le propriétaire peut engager une procédure judiciaire pour fixer le prix de vente.

Cependant, il est essentiel de préciser que cette procédure peut être à la fois longue et coûteuse. Une autre alternative est de renoncer à la vente, mais cela peut entraîner des coûts et des délais supplémentaires. Il est donc crucial pour le propriétaire de bien comprendre ses droits et les procédures en vigueur afin de mieux faire face à cette situation.

Pour mieux la gérer, il est recommandé aux propriétaires de consulter un avocat spécialisé en droit immobilier. Il peut les aider à comprendre les implications légales de la préemption, à évaluer les offres de la mairie, et à naviguer dans les négociations ou les procédures judiciaires.

justin malraux
Justin Malraux

Fondateur du magazine LAB Urba, Justin Malraux apporte un éclairage unique sur les enjeux contemporains de l'immobilier et de l'urbanisme à travers des articles d'actualités

Voir tous les articles