Crise immobilière en 2024 la chute des permis de construire fait peur !

Crise immobilière en 2024 : la chute des permis de construire fait peur !

Le marché immobilier souffre des crises sociales et économiques qui ont frappé la France en 2023. En faisant une comparaison avec les indicateurs de l’année 2022, le nombre de permis de construire délivrés a connu une chute importante.

Cette diminution des activités de construction fait l’objet de nombreuses inquiétudes parce qu’elle donne une vue sur la possibilité de la prolongation de la crise immobilière pour 2024.

Des chiffres alarmants

Selon le Ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires, 373 100 permis de construire ont été délivrés en 2023. Les logements dont la construction a légalement été autorisée se situent dans une tendance à la baisse. Le fait est que leur nombre a connu une diminution de 23,7 %, comparé à celui de l’année 2022.

Un recul de 19 % a été constaté par rapport à la situation précédant la crise sanitaire, c’est-à-dire la période de mai 2019 à février 2020. En plus de cela, le nombre de logements mis en chantier avait augmenté de 22 % entre novembre et décembre 2022. Cependant, en termes de moyenne annuelle, les logements dont la construction a commencé ont fait l’objet d’une diminution de 15% par rapport à la moyenne de l’année qui avait précédé la crise sanitaire.

Des risques de pertes d’emplois

La crise immobilière représente un réel danger pour l’économie du pays. En fait, les crises qui se sont succédées, de la pandémie de la Covid-19 à la guerre d’Ukraine, ont donné place à une augmentation du niveau général des prix. Le pouvoir d’achat des acquéreurs est alors descendu à un niveau plus faible. Pourtant, les coûts liés au processus de construction, c’est-à-dire les différentes procédures et les dépenses en matériels, ont augmenté.

Lire aussi :  Effondrement des transactions immobilières : les conséquences sur l'écosystème

La superposition de ces deux situations décourage les promoteurs immobiliers. D’après la Fédération des Promoteurs Immobiliers, l’activité de ces derniers connaît une baisse inquiétante et plusieurs emplois sont en jeu. En outre, la Fédération française du bâtiment a fait par d’une situation qui fait réellement peur. Selon elle, 150 000 emplois du secteur seront supprimés d’ici 2025, et 150 000 autres emplois connexes seront perdus.

Les solutions revendiquées par les Français

Pour 2024, les Français ont plusieurs attentes vis-à-vis de l’Etat. Le sondage effectué par Viavoice auprès de 1 005 personnes âgées de plus de 18 ans a permis de les identifier. 39 % d’entre eux ont mentionné l’importance d’un appui pour l’accès à la propriété et ont suggéré des dispositifs tels que les prêts à taux zéro et les crédits d’impôts.

En outre, 38 % ont soutenu que l’allègement de la fiscalité immobilière devrait faire partie des priorités du gouvernement. Il s’agit notamment d’alléger la TVA, les impôts sur le revenu et les prélèvements sociaux tirés de la plus-value immobilière, les frais de notaire, etc.

Il y a également 30 % des personnes interrogées qui souhaitent la construction de nouveaux logements sociaux à loyers maîtrisés. Ces mesures revendiquées peuvent effectivement contrer les pertes d’emplois et l’insuffisance de la demande.

LAB Urba est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

vincent cuzon
Vincent Cuzon

En qualité de responsable éditorial, j'apporte ma vaste expérience dans les domaines de l'immobilier et du logement. Mon rôle consiste à partager activement mon savoir-faire, contribuant ainsi à renforcer notre positionnement dans ces secteurs passionnants.

Voir tous les articles

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *