Ces aides disponibles pour la rénovation énergétique immobilière vont-elles disparaitre 

Ces aides disponibles pour la rénovation énergétique immobilière vont-elles disparaitre ?

Les aides pour la rénovation énergétique immobilière sont un levier essentiel pour inciter les propriétaires à améliorer l’efficacité énergétique de leur logement. Toutefois, leur pérennité est parfois remise en question.

Découvrez celles qui pourraient disparaître, leurs remplaçantes ainsi que la procédure pour en bénéficier.

Les aides disponibles pour la rénovation énergétique immobilière

Si vous disposez d’un projet de rénovation énergétique pour votre demeure, vous pouvez bénéficier de plusieurs accompagnements financiers. Cela varie en fonction de votre situation et de la nature de votre chantier. Par exemple, vous pouvez déduire une partie de vos dépenses de vos impôts grâce au crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), dont le taux varie de 15 % à 30 % selon les cas.

Il est aussi possible d’emprunter sans intérêt jusqu’à 30 000 euros avec l’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ). Dans ce cas, il faudra respecter certaines conditions de ressources, de performance énergétique et de durée des travaux. Vous avez également une chance d’obtenir des aides de l’Agence nationale de l’habitat (Anah). Elles s’adressent aux propriétaires occupants ou bailleurs de logements modestes ou très modestes.

Ces subventions peuvent couvrir jusqu’à 50 % du montant des travaux, dans la limite de 25 000 euros par habitation. Il y a aussi les certificats d’économies d’énergie (CEE). Ils sont délivrés par les fournisseurs d’énergie aux particuliers qui réalisent des travaux pour réduire leur consommation. Les CEE peuvent être échangées contre des primes, des bons d’achat ou des réductions sur la facture d’électricité. Sans oublier les allocations locales, qui sont proposées par certaines collectivités territoriales pour soutenir les projets de rénovation sur leur territoire.

Lire aussi :  Alléger les coûts des Ehpad en France : toutes les aides financières en 2024

Ce qu’il faut retenir sur leur disparition

Les aides sont régulièrement modifiées par les pouvoirs publics, en fonction des objectifs de la politique énergétique et du budget de l’État. Certaines sont pérennes, d’autres sont temporaires ou transitoires. Il est donc important de se tenir informé des évolutions en cours ou à venir. Par exemple, le CITE a été progressivement remplacé par une prime forfaitaire, appelée MaPrimeRénov‘, qui est versée dès la fin des travaux.

Elle est accessible à tous les ménages, sans condition de ressources, depuis 2021. L’éco-PTZ, quant à lui, pourrait être fusionné avec le prêt à taux zéro (PTZ) destiné à l’achat d’un logement neuf ou ancien. Les soutiens de l’Anah ont été renforcés pour le plan de relance, avec pour objectif de rénover 600 000 résidences par an. Les CEE sont maintenus jusqu’en 2025, mais leurs modalités d’attribution pourraient évoluer.

La procédure pour bénéficier des aides pour la rénovation énergétique immobilière

Si vous voulez profiter des subventions pour la rénovation énergétique immobilière, il suffit de remplir certaines conditions. Par exemple, il est nécessaire de confier les travaux à un professionnel qualifié RGE. Il vous garantit la qualité des équipements et des matériaux utilisés.

Surtout, n’hésitez pas à demander de l’aide avant de commencer les travaux. Enfin, vous devez fournir tous les justificatifs nécessaires pour prouver votre éligibilité.

LAB Urba est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

vincent cuzon
Vincent Cuzon

En qualité de responsable éditorial, j'apporte ma vaste expérience dans les domaines de l'immobilier et du logement. Mon rôle consiste à partager activement mon savoir-faire, contribuant ainsi à renforcer notre positionnement dans ces secteurs passionnants.

Voir tous les articles